La Doctrine sociale de l’Église (DSE) est un trésor bien trop méconnu, qui propose une vision réfléchie de la société ainsi que des objectifs, des principes, des valeurs et des réflexions indispensables pour la mettre réellement au service de la personne humaine.
  • 1.La mise en œuvre concrète de l’Évangile au quotidien dans la société doit évidemment s’adapter à son époque et à ses besoins spécifiques. La Doctrine sociale de l’Église (DSE) est née de la réflexion de l’Église sur les temps modernes et leurs difficultés particulières. Elle s’est développée du pape Léon XIII à nos jours, en trois étapes marquantes, en réponse aux problèmes de la condition ouvrière et des idéologies politiques : d’abord, de 1891 à la deuxième guerre mondiale, puis autour du Concile Vatican II jusqu’aux années 80, enfin avec le Catéchisme de l’Église Catholique et les trois derniers papes, Jean-Paul II, Benoît XVI et François, dans une humanité qui connaît de plus en plus la mondialisation.
  • 2.Au cœur de la DSE il y a la personne humaine et le respect de sa dignité, d’origine divine et transcendante. L’enjeu de la DSE est de les promouvoir et de les défendre avec efficacité en proposant une architecture ambitieuse et cohérente de la société civile autour d’objectifs, de principes et de valeurs.
  • 3.Les deux objectifs clés de la DSE sont « la destination universelle des biens » et « la promotion du bien commun ».
  • 4.Les trois principes qu’elle promeut pour atteindre ce double objectif sont les principes de subsidiarité, de solidarité et de participation.
  • 5.L’ensemble s’appuie sur quatre valeurs de référence qui donnent le « souffle » nécessaire à la mise en œuvre des objectifs et des principes de la DSE : les valeurs de vérité, de liberté, de justice et de charité.
  • 6.Armée de ce cadre doctrinal fondateur, réfléchi et cohérent, la DSE s’est exprimée avec force sur un certain nombre de réalités pratiques essentielles : la famille, le travail, l’économie, le développement, l’écologie, la communauté politique, la communauté internationale, la paix, les droits de l’homme, la culture, la morale et la civilisation.
  • 7.L’Église élargit aujourd’hui le champ de la Doctrine sociale des origines en se référant à une « Doctrine chrétienne de la société » et en appelant à la construction de « la civilisation de l’amour », qui passe aussi par l’annonce de la Parole et la célébration des sacrements. Mais le « service de la charité » est l’élément essentiel et sa promotion suppose de vivre et de mettre en œuvre cette magnifique Doctrine sociale de l’Église encore trop méconnue.

Joël Thoraval, né en 1935, licencié en droit,
diplômé de Sciences Po, ancien élève de l’ENA (1961-1963)
a servi l’Etat de 1963 à 1998 dans le Corps Préfectoral (Ministère de l’Intérieur).
Préfet de la Région Ile de France de 1994 à 1998.
Président national du Secours Catholique de 1998 à 2004.
Président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme de 2002 à 2008.