Convention de formation entre l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la DDEC

En partenariat avec le SUP (Service Universitaire de Pédagogie) et le pôle ARTICE de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, la ddec est heureuse de vous proposer l’accès aux formations pédagogiques initiée par l’UPPA.

Dans un souci d’améliorer le parcours Bac -3 – Bac +3, nous souhaitons dans un premier temps vous proposer des formations dans lesquelles les enseignants de l’UPPA et les enseignants du second degré de nos établissements pourront se rencontrer, échanger, partager leurs pratiques et pourquoi pas travailler ensemble.

Ainsi, les modules d’animations proposés par la ddec seront ouverts aux enseignant-chercheurs de l’université et les formations pédagogiques proposées par UPPA seront ouvertes à nos enseignants du second degré. Toutefois, dans un souci de fonctionnement le nombre de places pourra selon les cas être limité.

Aspects pratiques –

Pour vous inscrire, il vous suffit d’utiliser le formulaire de pré-inscription correspondant. Votre demande sera transmise à l’Université qui vous indiquera s’il reste des places.

Aucun frais d’inscription ne sera demandé. Tout est gratuit. 

Par contre les frais de déplacements sont à votre charge.

Lieux de formation

Campus de Pau

Télécharger le plan.

Campus de la côte Basque

Télécharger le plan.

– Présentation des formations –

w

Café pédagogique

Descriptif

Public

Enseignants, acteurs de la formation.

Contenu

Un temps d’échanges sur les pratiques enseignantes, le cas échéant, à travers un binôme (un enseignant / un ingénieur pédagogique).

Format

Rencontres courtes (1H30) sur un créneau variable, en général entre midi et deux.

Ateliers club numérique

Descriptif

Public

Enseignants, acteurs de la formation.

Contenu

Ateliers de formation autour de problématique pédagogique mais mettant en oeuvre des usages numériques.

Format

Les enseignants sont mis en situation (2h) et expérimentent directement un outil numérique.

Formations

Descriptif

Public

Enseignants, acteurs de la formation.

Objectifs

Concevoir et mener des initiatives pédagogiques

Contenu

Les participants acquièrent des compétences afin de développer leurs manières de travailler pour favoriser l’innovation et concevoir et mener des initiatives pédagogiques.

Format

Variables (de 2h à une ou plusieurs journées)

– Catalogue de formation –

 

 

Vous trouverez ci-après, en téléchargement, le catalogue de formation de l’année académique 2018-2019. Nous vous proposons également de retrouver ci-dessous la liste des modules avec un bref descriptif et le lien vers le sondage pour vous pré-inscrire.

Catalogue de formation

Cliquez ici pour télécharger le catalogue

– Février –

Jeudi 7 février

12h30 – 14h00

Café pédagogique 

TAD / TDS mathématiques

Intervenants

L. Lévi et M. Lalaude

Pau salle de réunion BU Sciences

Vendredi 15 février

12h30 – 14h00

Café pédagogique 

Les espaces physiques d’Apprentissage

Intervenant –

F. Brangé (Sciences Po Bordeaux)

Pau salle de réunion BU Sciences

Vendredi 15 février

14h00 – 17h00

Club numérique

Formation cartes mentales

Intervenant –

F. Brangé (Sciences Po Bordeaux)

Pau salle de réunion BU Sciences

– Mars –

Jeudi 7 et vendredi 8 mars

09h00 – 16h00

Formation

Voix et gestes

Intervenants

C. Antoniazzi (Borderaux)

Anglet Salle 301 (ISA BTP)

Vendredi 15 mars

09h00 – 12h00

Ateliers de l’audiovisuel 

Enseigner avec la vidéo #2 – montage et diffusion

Intervenant –

 

Pau Studio Artice (salle 09 bis bât Sciences Pau)

Jeudi 14 mars

12h30 – 14h00

Café pédagogique

La maîtresse de la forêt

Intervenant –

Julia Pinard

Pau salle de réunion BU Sciences

Jeudi 21 mars

12h30 – 14h00

Café pédagogique

Les théories de l’apprentissage

Intervenant –

M. Tabory

Pau salle Apogée SHS –Bayonne en Visio Cleremo

Jeudi 14 mars

14h00 – 17h00

Ateliers de l’audiovisuel 

Enseigner avec la vidéo #1 – scénarisation et captation

Intervenant –

Pau Studio Artice (salle 09 bis bât Sciences Pau)

– Avril –

Jeudi 4 avril

12h30 – 14h00

Café pédagogique

Usages des REL/MOOC

 

Intervenant –

 

Pau salle Apogée SHS –Bayonne en Visio Cleremo

Jeudi 11 avril

12h30 – 14h00

Café pédagogique

Les « DYS » dans l’enseignement supérieur

Intervenants

J. Olivier

Pau salle Apogée SHS –Bayonne en Visio Cleremo

Jeudi 11 avril

12h30 – 14h00

Café pédagogique

Formation par la recherche en Physique

Intervenant –

C. Nardin

Bayonne salle BU

– Mai –

Jeudi 9 mai

12h30 – 14h00

Café pédagogique

Animer un cours en amphi / Tandem virtuel

Intervenants

 

Bayonne salle Cleremo – Pau visio salle Artice

Jeudi 23 mai

12h30 – 14h00

Café pédagogique

L’alternance

 

Intervenant –

C. Baillot

Pau salle de réunion BU Sciences

Mercredi 15 mai

09h00 – 17h00

Journée de réflexion didactique du Service Universitaire de Pédagogie

L’évaluation en cours de Français

 

Intervenant –

Appel à communication en cours. Cliquez ici

au Collège des Sciences Sociales et Humanités de l’UPPA – PAu

Présentation de la problématique de cette journée

L’ouvrage Enseigner le français au collège aborde en effet l’évaluation comme ce qui doit être repensé : « repenser l’évaluation de l’oral constitue un véritable enjeu pédagogique ...

…pour construire des apprentissages progressifs et structurés de l’oral », « réfléchir aux critères d’évaluation de la lecture permet de repenser son enseignement, c’est-à-dire les démarches, les dispositifs pédagogiques, les activités conçus pour faire monter l’élève en compétences3 ». Cette réévaluation concerne en effet l’oral, la lecture, mais aussi la langue et l’écriture. De manière générale, « repenser l’évaluation implique un changement de posture de la part de l’enseignant : évaluer, c’est tout à la fois observer, diagnostiquer, proposer des outils et activités de formation corriger, mesurer les acquis, fixer de nouveaux objectifs de travail4 ». Et les changements de programmes ne manquent pas d’augmenter ces questionnements.

5La 7e journée de réflexion didactique se propose d’explorer les enjeux de l’évaluation du point de vue de l’enseignement du Français, aussi bien d’un point de vue théorique – grâce à des réflexions sur l’évaluation – que pratique – grâce, cette fois, à la présentation de projets d’évaluation ou d’évaluations déjà menées avec les élèves –, aussi bien du point de vue de la recherche en didactique du français que de celui des programmes, des manuels et, enfin, des copies d’élève.

6Ainsi, sur un objet d’enseignement donné, pour les évaluations diagnostiques, formatives et sommatives, quelle activité retenir et quelle articulation établir entre ces différentes étapes d’apprentissage ? De même, pour les évaluations en continu dans l’année et les épreuves du Diplôme National du Brevet ou encore du Baccalauréat, quelle progressivité et quelle complémentarité construire ?

7Plus généralement, comment réussir à concilier le repérage des acquis avec celui de ce qui reste à maîtriser ? En d’autres termes, comment allier la valorisation des progrès accomplis, condition sine qua non de la poursuite de l’apprentissage, avec la mise en œuvre de leur nécessaire continuation ? Pour l’évaluation de l’écrit, spécifiquement concerné par l’enjeu de cet équilibre, comment mettre en valeur les qualités de la production écrite et conduire en même temps le nécessaire travail de reprise ? Et pour la langue, encore plus particulièrement soumise à cette dialectique, quand l’évaluation est confrontée dans une même copie à des lacunes persistantes et à des avancées pourtant réelles, ou encore quand elle est tout à la fois en face de difficultés d’expression et de qualités d’invention, quelles négociations s’imposent à elle – quelles sont ses limites, voire même quels sont ses renoncements ? Comment justement, cette fois pour l’évaluation de la lecture, et notamment de la lecture cursive, ne pas abandonner l’évaluation de la pratique des élèves ? Ou plutôt : quelle forme lui donner, non seulement en essayant de lier contrainte et plaisir, mais désormais aussi en contournant les résumés et autres corrigés si facilement accessibles ? En de telles situations, quel rôle (ne) joue (plus) la notation chiffrée ? Et quelles autres formes d’évaluation peuvent être mises en œuvre, en lien avec un projet d’établissement par exemple ? Comment la mise en avant des compétences a-t-elle modifié la forme des évaluations ? Comment les ressources institutionnelles et les manuels accompagnent-ils la conduite de ces évaluations ? Comment aussi, à l’heure du numérique et des outils de communication tel Pronote, préserver la valorisation du travail, quand la note peut être diffusée sans filtre ?

8Rappelons, pour finir, que le professeur de Lettres n’est pas le seul concerné par l’évaluation en cours de Français : un autre enjeu est bien en effet d’amener l’élève à être son premier (re)lecteur. Comment l’amener dès lors à auto-évaluer son travail ? Quels outils construire, et comment les bâtir avec l’élève, voire avec la classe ? Comment installer la relecture dans sa pratique ?

9Ces quelques directions sont autant d’indications, non exhaustives, vers lesquelles pourront tendre les propositions de communication.