Signe des temps les préparations de rentrée s’effectuent de plus en plus tôt…. Pourquoi est ce le cas pour les formations professionnelles, technologiques et post bac ?

Tout simplement parce que le nouveau découpage régional de la France et les compétences confiées à cette collectivité territoriale implique des nouveaux fonctionnements et un nouveau calendrier. Il en va de même pour l’Enseignement Catholique. Si jusqu’à maintenant en « vieille Aquitaine » le territoire animé par le CAEC correspondait à celui de l’Académie et de la Région, il n’en est est plus de même pour la nouvelle Aquitaine. Pour les formations relevant de la compétence de la Région, l’Enseignement catholique doit remettre une seule copie… Or il y a désormais 3 CAEC concernés.

Conformément au Statut, qui prévoit ces situations, l’Enseignement Catholique « Nouvelle Aquitaine » s’est donc doté d’un CREC (Comité Régional de l’Enseignement Catholique) et d’un CREP (Comité REgional de Pilotage = équivalent du CAP des CAEC)(cf. art 325). Nous ferons des articles sur ces nouvelles instances.

Concrètement il faut donc que chacun réalise bien le parcours des demandes d’ouvertures en séries professionnelles et technologiques et dans l’Enseignement supérieur (sous statut scolaire ou par apprentissage) :

Instruction des demandes au niveau diocésain puis passage en CODIEC pour avis, puis instruction des dossiers par les commissions ad hoc du CAEC (commission carte des formations et commission DGH) puis passage en CAEC (pour avis) et enfin instruction et passage en CREC pour transmission par priorité aux services de la Région. Pour autant le Rectorat, et singulièrement le DAFPIC, sont aussi toujours intervenants majeurs dans la décision.

Le rétroplanning part donc des dates butoirs établies par la Région pour arriver jusqu’au dépôt des demandes des établissements à leur CODIEC en amont. Tout ceci nous conduit à constater que nous sommes obligés de préparer nos dossiers quasi 18 mois en amont de leur ouverture réelle… C’est peut être incontournable mais ça ne nous interroge pas moins sur la « simplification administrative » et sur le regroupement des régions qui finit par ajouter des strates au lieu de les diminuer ! Mais, comme d’habitude nous nous adapterons afin de ne pénaliser ni les établissements ni nos élèves!