Mais pourquoi mon Dieu ce truc qui s’appelle « Église verte » ?

Question entendue récemment à laquelle je laisse répondre 2 textes bien différents :

  • « La défense de l’innocent qui n’est pas encore né, par exemple, doit être sans équivoque, ferme et passionnée, parce que là est en jeu la dignité de la vie humaine, toujours sacrée, et l’amour de chaque personne indépendamment de son développement exige cela. Mais est également sacrée la vie des pauvres qui sont déjà nés, de ceux qui se débattent dans la misère, l’abandon, le mépris, la traite des personnes, l’euthanasie cachée des malades et des personnes âgées privées d’attention, dans les nouvelles formes d’esclavage, et dans tout genre de marginalisation. Nous ne pouvons pas envisager un idéal de sainteté qui ignore l’injustice de ce monde où certains festoient, dépensent allègrement et réduisent leur vie aux nouveautés de la consommation, alors que, dans le même temps, d’autres regardent seulement du dehors, pendant que leur vie s’écoule et finit misérablement. » (gaudete et exsultate Pape François N° 101-2018)
  • «Les catastrophes écologiques qui se préparent à l’échelle mondiale dans un contexte de croissance démographique, les inégalités dues à la rareté locale de l’eau, la fin de l’énergie bon marché, la raréfaction de nombre de minéraux, la dégradation de la biodiversité, l’érosion et la dégradation des sols, les événements climatiques extrêmes… produiront les pires inégalités entre ceux qui auront les moyens de s’en protéger, pour un temps, et ceux qui les subiront. Elles ébranleront les équilibres géopolitiques et seront sources de conflits. L’ampleur des catastrophes sociales qu’elles risquent d’engendrer a, par le passé, conduit à la disparition de sociétés entières. C’est, hélas, une réalité historique objective… Lorsque l’effondrement de l’espèce apparaîtra comme une possibilité envisageable, l’urgence n’aura que faire de nos processus, lents et complexes, de délibération. Pris de panique, l’Occident transgressera ses valeurs de liberté et de justice.» (Michel Rocard, Dominique Bourg, Floran Augagneur ancien Premier ministre, professeur à la faculté des géosciences et de l’environnement de l’université de Lausanne, et professeur de philosophie de l’écologie à l’Institut d’études politiques de Paris. Le Monde 2011)

Alors NON ! Nous n’avons plus le choix le respect de l’homme et de la Création nous pressent. Un jour « Dieu vit que cela est BON », les Églises nous proposent d’agir comme enseignants, éducateurs, formateurs pour que nos élèves le voient aussi !