Le Secrétaire Général de l’Enseignement Catholique l’a évoqué dans sa conférence de rentrée hier, la mise en place de la réforme du lycée s’accompagne chez nous d’une innovation : l’enseignement à distance.

Dans notre académie, ce sont les Pyrénées-Atlantiques qui seront les premiers à partir !

35 jeunes dans 4 spécialités de 1ère recevront un enseignement à distance en mode asynchrone, permettant une originale et nouvelle façon d’apprendre. Plus près du fonctionnement des jeunes, particulièrement adapté aux élèves à besoins particuliers mais aussi aux jeunes qui apprécient une certaine autonomie, le sytème retenu est basé sur l’exemple du réseau LOREAD (enseignement à distance de Lorraine). Ce dernier, qui fonctionne depuis 20 ans et compte 500 inscrits par an, a fait l’objet d’une reconnaissance officielle de l’Etat en 2011. A noter que, distance ne veut pas dire absence de contact avec l’enseignant ! Visioconférences individuelles, messageries, visites sur site garantiront ce lien indispensable. Tout ceci constitue une excellente préparation aux fonctionnements de l’enseignement supérieur pour qui ces pratiques pédagogiques sont courantes.

L’ensemble est basé sur la plateforme it’s learning mise en place par l’Enseignement Catholique de Nouvelle Aquitaine et il est à souligner que le coût pour les familles sera quasi gratuit (moins de 5 euros l’année).

S’agissant d’une première expérience, nous avons du régler quelques soucis techniques de démarrage, mais à l’heure d’aujourd’hui l’ensemble est opérationnel (vous trouverez le lien vers la plateforme en fin d’article). Seuls restent en négociations actuellement les moyens accordés par l’Académie aux enseignants (lesquels ont préparé les séquences et se sont formés cet été). Alors que dans d’autres académies les choses sont réglées depuis longtemps, dans la nôtre cet aspect des choses reste en pourparlers. L’issue devrait être imminente.

L’expérience pourra être étendue par la suite à d’autres matières que les spécialités de première et ainsi permettre à tous nos jeunes d’accéder à distance à des enseignements absents de leur établissement d’origine ains qu’à d’autres unités pédagogiques comme les lycées professionnels (dans lesquels cet enseignement permettra d’aider à la mixité des publics). Une façon donc d’éviter aux familles, singulièrement des zones rurales, de devoir avoir recours à l’internat ailleurs avec les frais et les déplacements que cela occasionne. A terme, ce type d’enseignement, par la mutualisation qu’il permet, pourra permettre une meilleure gestion des moyens.

Nous aurons l’occasion de faire ici des points progressifs de la mise en place. A suivre donc !

ACCES ENT