Durant 10 jours la communauté éducative de l’école d’Urrugne (320 élèves) s’est lancé le défi de se passer de leurs écrans de loisirs. 10 jours sans écrans pour se rendre compte de sa relation aux écrans mais également et surtout 10 jours pour voir autrement. Et autant pour pallier au manque que se voir autrement, l’école, les parents d’élèves, les enfants et les associations volontaires ont partagé des activités aussi diverses que variées. De la soirée conte à la nuit sous tente en passant par le concours de sable ou la découverte de la batterie, les enfants et leurs parents n’étaient pas en reste.

En suivant ce projet, j’ai pu rencontré et discuté avec des parents, des enseignants, des éducateurs, des élèves et des associations soutenant le projet. Ces interviews (qui donneront lieu d’ici quelques temps à une trace vidéo) ont toutes permis de se rendre compte de la joie partagée. Ce projet qui de prime abord pourrait faire penser à un régime strict et donc à une privation fut  un vrai moment de gaieté partagée. Il est vrai que durant cette dizaine, parents, enfants, enseignants ont vécu autrement. Un défi en commun, un objectif à relever (10 000 points), des activités à partager, des temps forts à vivre… Et même les enfants qui ne voulaient pas faire le défi se sont inscrits à des activités et y ont pris du plaisir. Je crois même qu’on peut dire que ce défi est amplement relevé quand on sait que les 10 000 points furent gagnés après seulement 7 jours de défi.

Il n’y a pas deux défis qui se ressemblent. Chaque école, chaque équipe le colore. Et pour Urrugne, il me semble que la carte blanche laissée à un artiste, a fait une belle différence. Spécialiste du collage éphémère, S.A.O nous a proposé une fresque gigantesque exprimant sa vision de la relation que peuvent avoir les enfants avec les écrans. Les photos parlent d’elles-mêmes.

Alors évidemment, cette action n’est qu’un début, qu’une porte d’entrée dans un long projet d’éducation amenant petit à petit à vivre autrement sa relation aux écrans. Une relation maîtrisée et choisie. Et pour cela, l’école d’Urrugne va continuer son aventure en accompagnant et en outillant les enfants. Il est fréquent dans l’enseignement catholique de parler de communauté éducative. Ce terme est tellement utilisé à toutes les sauces qu’on ne s’est plus vraiment à quoi il fait référence. Et bien je peux vous assurer qu’aujourd’hui, à Urrugne, ils l’ont expérimenté. Après le défi, la seconde étape prévue par le groupe de pilotage est d’organiser une conférence ouverte à tous. Celle-ci aura lieu le mardi 6 juin à la salle Itsas Mendi d’Urrugne et sera animée par Sabine Duflo (psychologue clinicienne et thérapeute familiale au centre médico psychologique infanto juvénile de Noisy-le-Grand (93160). Spécialiste de la question des écrans, elle est à l’origine de la proposition des 4 pas qui aide à diminuer sensiblement la consommation d’écrans pour les enfants comme pour les adultes.)

Pour en savoir plus sur Sabine Duflo

La troisième étape se déroulera le jeudi 29 juin à l’école d’Urrugne. Le groupe de pilotage accompagné d’enseignants et de parents réalisera une émission en direct avec Kanaldude. Celle-ci sera diffusée à partir de 19h et permettra de revenir sur le défi mais également sur le travail de la classe de Sébastien Iratzoqui qui a réalisé un film sur la ville d’Urrugne.Paradoxal me direz-vous? Oh que non, complémentaire. car si l’on veut que notre relation aux écrans soit maîtrisée et non plus subie, encore faut-il savoir comment sont faites ces émissions et comment on écrit avec des images. Si bien évidemment, il est établi que les écrans ont des effets délétères sur le développement des jeunes enfants, il faut ensuite accompagner les plus grands vers des usages raisonnés et cela passe par une écriture et une lecture d’images maîtrisée.

 

 

Vidéo réalisée par France 3 le jour du lancement du défi. Ce reportage avait dépassé les 700 000 vues 10 jours après sa diffusion…

 


Pays basque : 10 jours sans écrans pour des élèves de primaire