Les enfants peuvent -ils philosopher ?

Edwige Chirouter, professeur de philosophie et maître de conférence en sciences de l’éducation à l’université de Nantes, expert auprès de l’UNESCO pour le développement de la philosophie avec les enfants, pose la question et y répond, précisément et concrètement. Dans « Ateliers de Philosophie à partir d’albums de littérature jeunesse », elle en présente non seulement les enjeux mais elle offre aussi aux enseignants la présentation du dispositif qu’elle a conçu.

Pour Michel Tozzi, spécialiste de la didactique de la philosophie, la réponse est oui . Il définit le travail de l’enseignant par 3 exigences :

  • Problématiser : prendre conscience des enjeux et de la complexité de la question posée, être capable de déterminer quels sont les présupposés et les conséquences des idées énoncées.
  • Conceptualiser : définir ce dont on parle, se mettre d’accord par exemple sur ce que l’on entend par « liberté », ou « amitié »
  • Argumenter : justifier son propos par un exemple, un contre exemple, un raisonnement logique une démonstration.

Patrick Tharrault, ancien professeur des écoles, il s’investit dans la promotion de la philosophie pour tous (animations pédagogiques et association « Débat Philo »). Il fonde sa réponse, concrète, sur l’analyse d’une expérience de plusieurs années autour du débat réflexif à visée philosophique.

Frédéric Lenoir, philosophe et sociologue, s’étonne de découvrir l’existence de la philosophie à l’école alors qu’elle a de nombreuses années d’existence ! Il  s’y intéresse et mène des ateliers avec des enfants d’école primaire dans plusieurs pays. Il fait précéder les ateliers de séances de méditation, visant à « rééduquer l’enfant à la réceptivité sensorielle, à lui apprendre à ne pas suivre le fil ininterrompu de ses pensées »

Si vous êtes en réflexion, une lecture comparative des 4 ouvrages, véritables outils pour l’enseignant, pourra peut être vous aider :  Lecture comparative

Enfin, parce que pour ce domaine encore plus que pour les autres, il ne peut y avoir d’étanchéité entre apprentissage et éducation, quelques mots de Philippe Meirieu   » L’éducation d’un humain n’est pas la fabrication d’un objet, c’est accompagnement de l’émergence d’une liberté, d’un sujet moral qui doit trouver en lui même le courage de sa liberté. Pas de recette pour cette émergence. Il y faut simplement une obstination modeste : parler aux enfants, parler avec les enfants. Sans niaiserie ni démagogie. Sans prétention ni forfanterie. Juste parler. Parler juste. A hauteur d’homme. Pour que l’enfant s’y hausse progressivement.  »